Un conseil en retard
18 juin 2019

Comment manquer de respect aux citoyens et citoyennes? Être toujours en retard…

Les habitué.e.s du conseil municipal et les journalistes l’ont tous et toutes remarqué : les séances du conseil municipal commencent presque toujours en retard sous la nouvelle administration Lussier. Et on ne parle pas de quelques minutes, une fois de temps en temps…

 

En consultant les procès-verbaux des séances ordinaires, qui indiquent l’heure de début des séances, depuis 2016, nous avons noté l’heure du début de quelque 67 séances, dont 35 sous l’administration Sévigny et 32 sous l’administration Lussier.

L’administration Lussier a cumulé 25 retards depuis 2017 (78% des séances), tandis que l’administration Sévigny en avait cumulé 10 (32% des séances) dans la dernière année et demie de son mandat.

On aurait pu penser que la situation s’améliorerait après un certain temps, mais chose intéressante, les retards sont de plus en plus fréquents sous le maire Lussier à mesure que progresse le mandat. Comme on peut le voir dans le graphique ci-dessous, où les colonnes rouges réfèrent au mandat de Sévigny, il faut remonter à 14 séances en arrière pour trouver une séance qui n’a pas débuté en retard. La dernière fois où le conseil a commencé à l’heure, c’était le 1er octobre 2018.

En plus d’être plus nombreux, les retards de l’administration Lussier sont aussi un peu plus longs. Des 10 séances sur les 35 comptabilisées sous l’administration Sévigny, les retards ont été en moyenne de 18 minutes. Des 25 retards sur les 32 séances comptabilisées sous l’administration Lussier, la durée moyenne des retards a été de 19 minutes.

Même si à première vue, les retards semblent similaires, il faut garder en tête que les séances du conseil sous l’administration Sévigny suivaient très souvent des pléniers publics alors que ceux de l’administration Lussier suivent plus souvent qu’autrement des pléniers huis clos. Évidemment, dans un conseil qui ne veut débattre publiquement d’aucun sujet et qui est particulièrement friand du huis clos, on peut comprendre que les élu.e.s en ont long à dire derrière des portes closes…

À ces retards s’ajoutent aussi de nouvelles habitudes questionnables du conseil actuel, notamment celle de tenir des présentations de fonctionnaires avant la période de questions. Normalement, ces présentations devraient s’effectuer en pléniers publics, avant le conseil municipal.

Ces retards systématiques sont une forme de manque de respect pour les gens qui se déplacent pour assister au conseil, de même que pour ceux et celles qui le regardent en webdiffusion.

Les élu.e.s qui se plaignent de terminer tard devraient peut-être revoir leurs pratiques plutôt que de se creuser la tête sur la prochaine façon d’amputer la période de questions des citoyens et citoyennes…

Restons en contact!

Inscrivez pour vous abonner à notre infolettre.
© 2018 - Sherbrooke Citoyen